L'accord, qualifié d'historique, signé à Paris en décembre n'est que le début d'un long processus. Depuis le 16 et jusqu'au 26 mai, les Etats signataires sont réunis en session de travail à Bönn avec un objectif : définir les grandes lignes de la mise en application de cet accord de Paris qui pourraient être validés à Marrakech lors de la COP22. 

 

L'accord de Paris a été une grande réussite : dans un délais très court l'ensemble des pays du monde se sont mis d'accord sur un accord cadre avec comme objectif de limiter le réchauffement climatique à +2°C voir moins. Pourtant le travail ne fait que commencer et va s'étaller sur plusieurs années. En effet, il s'agit maintenant d'appliquer cet accord pour lequel de nombreuses questions ou imprécisions subsistent.

Deux points sont en particulier à l'ordre du jour de la session de travail de la CCNUCC à Bönn, en particulier les actions à mettre en oeuvre. Au delà de l'objectif ambitieux de nombreuses questions se posent en particulier : comment s'y prendre et par quel moyens pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Comment s'y prendre mais aussi comment comptabiliser les résultats et efforts de chacun. Il va donc s'agir de "mettre les mains dans le moteur" de cet accord de Paris comme l'a déclaré Christina Figueres, la secrétaire exécutive de la CCNUCC.

Plus loin, les contributions annoncées des différents pays (les INDC), cumulées ne permettent pas de tenir l'objectif des 2°C. Il va donc falloir que chacun revoit sa copie (vers plus d'effort) pour que l'engagement puisse être tenu.

L'ensemble de ces discussions devraient permettre de déboucher sur des propositions pour la COP22 qui se tiendra du 7 au 18 novembre à Marrakech. 

Guyane Energie-Climat contribue au fonctionnement du réseau de mesure du carbone en Guyane

Dispositifs de mesure

Accédez en un clic à toutes les publications de l'observatoire du carbone et des gaz à effet de serre

Publications

Pour en savoir plus sur l'observatoire du carbone et des gaz à effet de serre

Présentation